"Elle donne aussi des cours de théâtre..."

 

Le Théâtre

Les cours que je propose sont ouverts à toute personne souhaitant découvrir et s'initier aux techniques théâtrales, comme à celui ou celle qui souhaiterait approfondir ses connaissances.


Le théâtre est un formidable outil pour se découvrir, qui a cet avantage d'être accessible à tous et à tous âges. Une partie de l'enseignement repose sur des principes techniques propres au jeu : le travail sur le corps, la voix, la respiration, la présence, le rapport à l'espace et aux autres, l'interprétation… Ces éléments sont abordés via des exercices ludiques d'abord, puis par des mini scènes d'improvisation. L'autre partie du travail provient de l'investissement personnel de chacun. Il s'agit d'apprendre, en douceur, à se mettre en danger, à prendre confiance en soi, à maîtriser son jeu et son image. Au travers du jeu, des techniques de base, le théâtre offre l'exceptionnelle opportunité de lutter contre sa propre timidité et de développer ses capacités relationnelles.


Chaque groupe de théâtre est différent, à la mesure de ce que les individus qui le composent le sont. La notion de groupe est très importante, car c'est la confiance entre les participants qui va délier les blocages et enrichir l'imagination de chacun. C'est la complicité, avant tout, qui fait naître la créativité.


[salle]

Renseignements Pratiques

Lieu des Cours

Gaussstrasse 188 - 22765 Hamburg (Ottensen)

Tarif

50 euros par mois et par adulte

Horaires des groupes (saison 2016/2017)

  Mardi 20h30 - 22h00 Adultes cours
  Mercredi 20h30 - 22h00 Adultes cours
  Jeudi 20h30 - 22h00 Adultes -pièce-

Dates des vacances

Du 13 au 19 Mars 2017

Du 22 au 28 Mai 2017

Du 5 au 11 Juin 2017 (pièce)

Du 16 au 27 Octobre 2017

Du 25 Décembre 2017 au 5 Janvier 2018

Petit portrait paru dans "le petit journal"

"Du théâtre en français à Hambourg ?" C’est possible avec Le Petit Théâtre de Julie Devaux ! La jeune femme donne des cours à 65 apprentis acteurs, des élèves du Lycée Français aux salariés d’Airbus en quête de détente

"Le lundi matin en allant au boulot, je pense déjà au lundi soir", explique Jean-Michel, comédien amateur d’un des cours pour adultes du Petit Théâtre de Julie. Une fois par semaine, le petit groupe se réunit à Altona pour "se lâcher" en se mettant dans la peau de toutes sortes de personnages improbables. Et c’est ainsi que Jean-Michel, Alain, Liliane, Aurélia et Jacques, tous de respectables Français expatriés, se retrouvent à mimer un kangourou ou un écureuil, à jouer les malades imaginaires ou à improviser un remake de l’Île au Trésor sous le regard attentif de Julie Devaux.

Originaire du Mans, Julie avait déjà passé une année à Hambourg à la fin du lycée. Après une maîtrise d’études théâtrales à Montpellier, elle décide de retourner en Allemagne comme comédienne. "Les Allemands aiment le côté frenchy : je me suis dit, pourquoi pas ?", se souvient-elle. Mais le milieu du théâtre en Allemagne, s’appuyant sur des écoles privées très élitistes, lui reste malheureusement fermé. Au bout de six mois de petits boulots, Julie travaille toujours comme serveuse dans un cinéma. Grâce à un patron compréhensif, la jeune femme est autorisée à utiliser les locaux pour donner ses premiers cours de théâtre en français. C’était en 2004. "Je pensais venir pour être comédienne et j’ai appris à faire plein de nouvelles choses : écrire des pièces, lire des contes pour enfants … ", raconte Julie. La metteuse en scène a aussi suivi une formation pour pratiquer la méthode Feldenkrais, une technique de bien-être qui a le vent en poupe en Allemagne.

Un bon moyen de décompresser! "Je n’aurais jamais osé !", s’exclame Jean-Michel. "La première impro, c’était terrible, personne ne se connaissait", se souvient-il. Entre temps, le courant a l’air de passer, à en juger par les nombreux fous rires entendus pendant le cours. Alain, dont le fils faisait déjà du théâtre au lycée français, apprécie lui aussi de pouvoir "décompresser". "Des fois, je suis encore mort de rire en arrivant à la maison !", ajoute-t-il.

Margot REIS (le petit journal) mercredi 16 avril 2008